La musique creuse le ciel.

Timber Timbre : les chemins de la sophistication

Publié le 14 avril 2014 | Ecrit par | Catégories : Disques | Pas encore de commentaires »

Une guitare, une batterie, un harmonica et sa voix. Taylor Kirk aurait pu faire de la musique de cette manière pour le reste de sa vie, à l’image de Cedar Shakes, le premier album autoproduit de son projet Timber Timbre. Ce disque, le Canadien l’a enregistré entièrement seul en deux jours durant l’été 2005. Il avait alors choisi de s’isoler dans une ferme de Bobcaygeon dans l’Ontario. En résulte un album de folk plutôt typique, du genre de ceux qu’on se verrait bien écouter au coin d’un feu en faisant griller de la guimauve.

Mais à l’image du parcours de Beck, ce dépouillement ne suffit pas à Taylor Kirk. Dès 2007 et son second album Medicinals, le musicien pose les bases de ce que deviendra sa musique dans les années suivantes. Son penchant pour le blues, le chant plus grave et l’étoffement des arrangements grâce à l’ajout de nouveaux instruments ; notamment des cuivres, lui permettront de développer ce qu’il semble chercher depuis toujours : des ambiances cinématographiques évidentes.

Passionné de septième art, Kirk pourra enfin s’exprimer pleinement à partir de son troisième album. Car au début de l’année 2009, il signe enfin avec un label. Out Of This Spark lui permet de magnifier enfin ses talents d’écriture et de composition, aussi bien musicalement que techniquement. L’élaboration de Timber Timbre (l’album porte le nom du projet), commença pourtant en 2008 à nouveau dans le home-studio de Taylor Kirk, mais se terminera cette fois-ci au Lincoln County Social Club, un studio d’enregistrement de Toronto.

Le chanteur s’y fera assister pour la première fois par Chris Stringer, musicien et ingénieur du son, qui enrichit sa musique de percussions, d’orgues et d’effets sonores en tout genre. Autre aide de taille, celle de Mika Posen. La violoniste collabore pour la première fois avec Kirk, elle sera de tous les enregistrements suivants. Cette fois-ci, l’identité actuelle de Timbrer Timbre est enfin établie. Voix de crooner, ambiance bizarres, arrangement luxuriants et refrains aux mélodies imparables. On perçoit aussi pour la première fois le potentiel du groupe en live. Une recette que Trouble Comes Knocking illustre parfaitement.

Ce troisième album marque également un tournant dans la diffusion de la musique du groupe. Out Of This Spark trouve un accord avec Arts & Crafts, une autre structure canadienne indépendante très bien implantée, la distribution du disque prend un tournant international. La musique de Timbre Timbre commence à être popularisée (modestement) et illustre notamment des épisodes des séries Breaking Bad et The Good Wife (Magic Arrow), mais aussi du bien plus léger American Sexy Phone, un film sorti en France… directement en DVD (Black Water).

En 2011, le projet passe une étape supplémentaire avec le si bien nommé Creep On Creepin’ On. Dans la pure lignée de l’album Timber Timbre, le disque emprunte encore un peu plus les chemins de traverse cinématographiques chers à Taylor Kirk. Pour l’aider dans cette tâche, il fait à nouveau appel à Mika Posen, mais aussi à celui qui deviendra un personnage essentiel dans le groupe : Simon Trottier. S’il n’a pas joué sur Timber Timbre, contrairement à Mika Posen, il a accompagné la formation en concert dans la tournée qui a suivi la sortie du disque. Multi-instrumentiste, c’est tout naturellement qu’il prêtera main forte pour les sessions de Creep On Creepin’ On. Il amènera avec lui Mathieu Charbonneau, son acolyte au sein de leur projet instrumental Ferriswheel. Autre intervenant de poids dans ce nouvel album, le saxophoniste Colin Stetson, au son et à la maitrise technique reconnaissables entre mille.

Avec ces quatre musiciens, le son du groupe prend une nouvelle ampleur significative. Les arrangements se complexifient et surtout les ambiances deviennent de plus en plus sombres et inquiétantes. Comment ne pas être mal à l’aise en écoutant par exemple les dissonances de Swamp Magic ?

La voix de Taylor Kirk prend également des accents de plus en plus crooner comme en témoigne Woman, introduite par une boucle de saxo de Colin Stetson.

Puis en janvier 2014, débarque cette bombe. Illustrée par un clip magnifiquement suggestif, cette ballade s’impose d’elle-même comme l’un des plus beaux morceaux du groupe. Flirtant délicieusement avec le kitsch, elle se conclut par une astucieuse boucle de saxo (toujours celui de Colin Stetson) qui n’hésite pas à déstabiliser l’auditeur par son décalage rythmique. Brillant. On est là bien loin des premiers morceaux de 2005. Ici, tout est peaufiné à l’extrême, jusqu’à l’enregistrement à la qualité parfaite.

Comme un aboutissement de tout le travail accompli jusqu’alors, l’album Hot Dreams s’inspire plus que jamais de l’esthétique d’un cinéma allant de la fin des années 60 au début des années 80, de l’aveu même de Taylor Kirk. Ce n’est pas un hasard si le Canadien a commencé la composition de l’album alors qu’il était en vacances à Los Angeles, à proximité de Hollywood. L’ancien étudiant en cinéma a même été sollicité avant l’enregistrement de Hot Dreams pour composer la bande originale du deuxième volet du Dernier Exorcisme, un film d’épouvante. Mais l’identité musicale du groupe ne collait manifestement pas aux attentes des producteurs qui ont fini par mettre fin à leur collaboration. De ces travaux ne subsistera que Resurrection Drive, Pt. II qu’il choisit finalement de faire figurer sur l’album.

Malgré cette route vers la sophistication, il reste un lieu où Timber Timbre dément tout ce parcours : la scène. Là, le groupe a choisi une formation restreinte. Quatre musiciens : guitare, clavier, basse, batterie. La grande absente étant Mika Posen, partie jouer sur la tournée d’Agnes Obel. Comme lors de leurs derniers passages à Paris, au Trabendo en décembre 2013 et à la Flèche d’Or en avril dernier, les musiciens doivent donc se passer de cordes et revoir au plus simple leurs arrangements. Une démarche étonnante qui a une réelle vertue : se rendre compte que les talents de composition de Taylor Kirk le placent parmi les artistes rock les plus pertinents du moment. Et après qui les autres risquent de courir encore un moment.



Laissez un commentaire