La musique, c'est ce qu'il y a entre les notes.

Prince of Moriarty Johanson is dodelijk

Publié le 3 décembre 2010 | Ecrit par | Catégories : Concerts | 1 commentaire »

N’ayez pas peur de ce titre, il ne sera ici pas question du dernier mashup en date de DJ Zebra. Il résume tout simplement une semaine de concert riche en voyages, de Badgad à Stockholm en passant par Lille et les USA.

Roken Is Dodelijk

C’est Roken Is Dodelijk qui ouvrait le bal mardi soir au Nouveau Casino. Ce groupe de Lillois est avant tout une rencontre, celle avec leur chanteur Jérôme en plein concert d’Arcade Fire lors de la dernière édition de Rock en Seine. Lui aussi avait choisi de le regarder depuis les téléviseurs placés dans l’espace VIP. Un humour pince-sans-rire autour d’un verre m’avait mis la puce à l’oreille sur ce nom imprononçable. Depuis, leur deuxième EP, The Terrible Things, a séduit un public averti.

Sur la scène du Nouveau Casino, le groupe a parfois donné l’impression de ramer un peu face à un public pas très réceptif. On pouvait pourtant comprendre que leur talent de composition est bien réel, tout comme les arrangements vocaux en live. On restera marqué par ceux absolument superbes du dernier titre joué ce soir-là, Stereo Skin.

Jay-Jay Johanson

Le lendemain, c’est la Suède qui prend le relais pour la première soirée du festival ÅÄÖ dédié à ses musiques actuelles. Archi complète, cette soirée recevait Prince Of Assyria de son vrai nom Ninos Dankha. Né à Bagdad avant d’être élevé en Suède, suite à la fuite de ses parents d’Irak, le chanteur a récemment marqué les esprits de son bel album Missing Note. Sur scène on retrouve toute la fragilité de son interprétation, même si on éprouve parfois un tout petit peu de lassitude face à ses compositions folk-pop.

La bonne surprise viendra de Jay-Jay Johanson. Sa voix reconnaissable entre mille était ce soir là accompagnée d’un simple piano et de quelques boucles issues de son laptop. L’accueil est ultra chaleureux et Jay-Jay visiblement très heureux d’être de retour à Paris. 12 ans depuis la Route du Rock 1998, dernier endroit où j’avais finalement eu des nouvelles de lui. Les retrouvailles furent très belles et émaillées de quelques chansons de son album de l’époque Whiskey. Et l’on se rend compte que ses compositions depuis tiennent aussi bien la route et qu’on n’aurait peut-être pas dû le lâcher en cours de route.

Moriarty

Enfin, hier soir, à l’issue de la conférence de presse du TGV GéNéRiQ, c’est Moriarty qui nous faisait l’honneur d’un showcase d’une petite demi-heure. Rassemblés comme ils savent si bien le faire autour d’un unique micro, les membres du groupe jouent le jeu à fond. On aura même droit à une composition commune avec feu Jack The Ripper. Puis on échangera avec le bassiste à la fin du concert, nous racontant la série de concerts à venir en février durant toute une semaine au Trianon.

Le festival ÅÄÖ continue :

  • Yaya Herman Dune + Nina Kinert + Bye Bye Bicycle / 3 décembre / Point Éphémère
  • Nicolaï Dunger + Frida Hyvönen + Anna von Hauswolff / 4 décembre / La Flèche d Or
  • The Concretes + Pacific ! feat. Sarah Assbring (El Perro del Mar) / 6 décembre / Point Éphémère


Un commentaire pour “Prince of Moriarty Johanson is dodelijk”

  1. 1 Cortisone a dit le 8 décembre 2010 à 08:08 :

    Pour être tout à fait honnête, je ne connais aucun des noms que tu as cité.
    Mais je copie colle pour les écouter sur Youtube…
    Merci, j’apprends !


Laissez un commentaire