La musique est le seul plaisir sensuel sans vice.

Des Inrocks et des claques

Publié le 9 novembre 2010 | Ecrit par | Catégories : Festivals | 9 commentaires »

Il y a des années comme ça où l’on se dit que la programmation des Inrocks ne nous tente pas vraiment. Qu’encore plus qu’à l’habitude le festival cède à la tentation de la hype. Et puis finalement on y va. Et puis on prend des claques.

Carl Barat

Il faudra quand même être patient pour se les prendre. Ce n’est ni Carl Barat et ses reprises de Libertines ou Anoraak qui devaient avoir un peu chaud dans la Boule Noire qui nous les donnent. La première vient d’un petit gars irlandais, menton en avant et coupe au bol. Sous son pseudo de Villagers il livre à la Cigale des versions musclées de ses chansons finissant souvent dans de grosses montées de guitares. Il se rattrapera juste après la fin de la soirée au nouveau Café Cigale attenant à la salle où il se prêtera au jeu de la session acoustique solo. Un petit moment de grâce notamment lorsqu’il interprétera le très beau Cecilia & Her Selfhood.

Ce même dimanche soir lui succédait Kele Okereke, chanteur emblématique des bons, mais souvent surestimés Bloc Party. Alors qu’il signe certainement l’un des meilleurs singles de l’année avec Tenderoni, Kele ne suit pas la tendance sur son très faible album The Boxer. C’était sans compter ce qu’il en ferait sur scène, sublimant des chansons plus que moyennes par de l’énergie à revendre. Il ira même jusqu’à transformer un public distant en dancefloor.

Villagers en acoustique au Café Cigale

De quoi pleurer lorsque l’on entend ensuite Katerine, invité spécial de la soirée selon le billet. Au moins, les Inrocks ne nous auront pas menti, le voir sur scène est spécial : aucune chanson ne tient la route, son second degré poussé à l’extrême cache désormais certainement un manque d’inspiration flagrant. On est loin, très loin, de ses premiers disques aux compositions brillantes, lorsqu’il assumait son talent alors bien réel. Finalement, c’est nous qui lui mettrions bien des claques.

Heureusement que la soirée du lendemain au Zénith nous consolera. Passés Is Tropical et Jamaica, à la musique pas du tout en rapport avec les Caraïbes, on sera sous le charme de The Bewitched Hands (vous pouvez arrêter de dire On the Top of Our Heads, ils se sont rendu compte que c’était trop long), des Rémois bien plus californiens que Schwarzenegger. Pop gracieuse et solaire dans ce Zénith glacial, car bien vide en ce lundi soir. Le son n’est pas parfait, mais les refrains emplis de choeurs nous comblent.

LCD Soundsystem et sa boule à facette

Puis LCD Soundsystem met tout le monde d’accord. Introduit par le vieillot I’m not il love de 10 CC, le concert enfonce directement la porte d’entrée de notre cerveau avec Dance Yrself Cleaner. Oui les enceintes crépitent, oui on note quelques problèmes techniques, mais bordel qu’est ce que c’est bon. C’est très fort, mais on peut qu’écouter LCD Soundsystem comme ça. Drunk Girls, Daft Punk is Playing at My House, Tribulations ou I Can Change s’enchainent avec délectation. Impossible de passer à côté de l’immense Yeah qui prend tout son sens sur scène ou du superbement émouvant All My Friends qui fait partie des chansons dance capables d’arracher une larme. Du Bataclan à Rock en Seine en passant par les Eurockéennes, le groupe new-yorkais de James Murphy n’aura livré que des prestations incroyables. Et autant de claques.


9 commentaires pour “Des Inrocks et des claques”

  1. 1 arbobo a dit le 9 novembre 2010 à 21:00 :

    ah mais justement JS, cette année il y avait assez peu de noms connus, et pas des masses de grandes pointures,
    souviens toi qu’il y a 2 ans on a vu le même soir the Gossip et les Happy mondays, et le lendemain il y avait Justice.

    je trouve que l’année est pas très hype, mais relevée oui là je te suis :-)

  2. 2 ZiKomAgnes a dit le 9 novembre 2010 à 21:55 :

    Mais t’étais pas là jeudi et vendredi… ;)

  3. 3 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 9 novembre 2010 à 21:56 :

    Je confirme !

  4. 4 arbobo a dit le 9 novembre 2010 à 22:08 :

    gnagnagna ^^

    c’est vrai mais à regret, et je vous aurais bien payé un coup tiens

  5. 5 abi a dit le 10 novembre 2010 à 17:38 :

    haha mais j’adore ton titre quoi… MERCI

  6. 6 NotSoBlonde a dit le 11 novembre 2010 à 23:46 :

    Joli reportage. Il m’a semblé t’aperçevoir samedi mais je n’en étais pas certaine … C’est confirmé :)
    Je suis contente de voir l’impression partagée sur Katerine qui m’a beaucoup déçue aussi ces derniers temps. Par contre je n’ai pas laissé sa chance à Villagers, je le regrette à la lecture de ce billet, il valait sans doute la peine d’être découvert, j’ai abandonné trop vite (même pas un titre écouté : j’ai un peu honte de l’avouer…)à

  7. 7 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 12 novembre 2010 à 00:07 :

    Ah non, le samedi je n’y étais pas. :)

  8. 8 NotSoBlonde a dit le 18 novembre 2010 à 00:47 :

    Au temps pour moi : dimanche. Samedi je n’y étais pas non plus. :) (Décidément les blondes…)

  9. 9 Good Karma » Attention Talents Live à la Flèche d’Or a dit le 18 décembre 2010 à 15:08 :

    [...] de la Flèche d’Or, le résultat est bien meilleur que sur la scène du Zénith lors du dernier Festival des Inrocks, mais on regrette le plus chez Jamaica, c’est de ne pas assez insister sur leur côté power [...]


Laissez un commentaire