La musique est le refuge des âmes ulcérées par le bonheur.

Neil Young — Le Noise

Publié le 27 septembre 2010 | Ecrit par | Catégories : Disques | 9 commentaires »

En s’associant à son compatriote Daniel Lanois, Neil Young signe l’un des plus beaux albums de cette rentrée. Après plus de quarante ans de carrière.

Le Noise

Ça vous tombe dessus un jour où vous n’avez rien demandé. Pourquoi avoir posé sur votre platine le vinyle de Harvest acheté d’occasion quelques mois plus tôt ? Plusieurs années auparavant, vous vous souveniez avoir refusé d’écouter Neil Young. Non pas par manque de curiosité, mais plutôt par souci d’affirmation. Quand tout un lycée se dévoue au grunge alors que c’est la musique électronique qui éveille vos sens, voilà un bon moyen de se démarquer. Nous étions en juin, le temps était chaud et pluvieux, le soleil était en train de se coucher, masqué par les épais nuages. Les premières notes d’Out on the Weekend résonne et vous comprenez tout de suite que ce refus d’adolescent était l’une des pires erreurs musicales de votre vie.

Depuis ce jour, vous ne cessez de découvrir des albums incroyables de ce Canadien. Vous vous êtes mis en tête de consciencieusement écouter son oeuvre. Alors que vous en êtes à peine arrivé à 1975, vous êtes déjà abasourdi par la richesse de sa musique. De Everybody Knows This is Nowhere avec son groupe Crazy Horse au sublime On the Beach, vous êtes ébahi par cette sensibilité qui touche toujours juste, par ce talent de composition à fleur de peau. Alors qu’il vous reste encore trente-cinq ans de carrière de l’artiste à découvrir, le hasard du calendrier fait que le désormais indispensable Neil Young sort son nouvel album, Le Noise.

À cette nouvelle, c’est d’abord la peur qui vous assaillit. Est-il vraiment utile de se gâcher la découverte d’une carrière exceptionnelle en écoutant peut-être l’album de trop ? Vous hésitez longuement, puis vous apprenez que l’album est réalisé par Daniel Lanois, compatriote de choix du chanteur. Producteur émérite vu aux côtés de Bob Dylan, U2, Ron Sexsmith ou Nick Cave, l’homme a l’art de mettre en son les guitares comme personne. Neil Young ne s’y trompe pas, allant même jusqu’à déclarer que lors de l’enregistrement de Le Noise, sa guitare « sonnait comme Dieu ».

Vous vous rendez alors compte que ce sacré Neil n’a pas tort. Armé d’une simple guitare bourrée d’effets en tout genre, le bonhomme sait encore y faire tout seul derrière un micro. Il déroule pendant trente-huit minutes, huit titres d’une beauté insolente. Seulement huit titres oui, mais huit chansons qui vont à l’essentiel. La mise en son de Daniel Lanois, son travail sur les textures de guitare et sur la voix ajoute un supplément d’étrangeté, une ambiance en clair-obscur qui soutient l’inspiration encore intacte du compositeur. Une seule écoute du titre Love and War, sa voix de tête intacte sur Someone Gonna Rescue You ou le parfait jeu de guitare tout en retenue sur Peaceful Valley Boulevard suffisent à s’en convaincre. Et à se réjouir d’avoir encore trente-cinq ans de sa musique à découvrir.


9 commentaires pour “Neil Young — Le Noise”

  1. 1 Omid a dit le 27 septembre 2010 à 15:04 :

    L’album en écoute intégrale :
    http://www.mojo4music.com/blog.....eview.html

    (Ouai c’est légal) :)

  2. 2 BD a dit le 27 septembre 2010 à 16:55 :

    « J’aime ! »
    et je te (re)conseille une écoute de Greendale, un bel album concept sorti en 2003.

  3. 3 Sylvain a dit le 13 octobre 2010 à 13:13 :

    Merci car j’avais survolé d’une oreille la première fois… grosse erreur !
    (comment fait-il pour gardé cette VOIX !)

  4. 4 Sylvain a dit le 13 octobre 2010 à 13:16 :

    « garder » !

  5. 5 GILLES a dit le 13 novembre 2010 à 20:59 :

    un chef d’oeuvre absolu..

  6. 6 stéphane a dit le 25 novembre 2010 à 13:17 :

    Déroutant ,surprenant , neil young quoi !!!

    à écouter en complèment l’album greendale de 2003 absolument sublime

  7. 7 Manu a dit le 3 janvier 2011 à 12:03 :

    Superbe album. Vu en concert en 2009, la grosse claque, je veux être aussi en forme quand j’aurais son âge, quelle énergie! Pendant cette tournée il aurait fait passé les grunges des 90′s pour des bisounours. Quand on pense à toute cette musique pop/rock formatée qu’on nous sert dans les médias, et quand on voit ce bonhomme sur scène ou qu’on écoute son dernier album, on se demande si les producteurs actuels de « musique » veulent nous faire une blague.
    a découvrir d’urgence pour tous ceux qui aiment le rock, le blues, la gratte et qui ne connaissent pas.

  8. 8 DOM DOM NANTAIS a dit le 5 janvier 2011 à 21:03 :

    petite pochette coincée dans un rayon…surprise du bonhomme pour nous faire passer l’hiver ,et la à l’écoute, que du bonheur ! le bon son de la gretsch falcon , un petit coup de les paul et des mélodies de guitares acoustiques du maitre…. chapeau bas sur ce coup neil !!!.

  9. 9 Aalba a dit le 8 janvier 2011 à 14:27 :

    Neil Young fait parti de mes madeleines de Proust… quel plaisir de découvrir ce nouvel album si énergique. Pourtant lorsque « j’avoue » aimer sa musique je sens bien dans les yeux de mes interlocuteurs une sorte d’incompréhension matinée d’un brin de compassion, voire de détresse due évidement à leur toute puissante ignorance :-)
    Peu importe, c’est toute la chaleur de mon enfance qui m’envahie…
    Merci pour ce joli article.


Laissez un commentaire