La musique est le seul plaisir sensuel sans vice.

Les Déferlantes : l’exception culturelle d’Argelès

Publié le 14 juillet 2010 | Ecrit par | Catégories : Festivals | 8 commentaires »

Dans cette partie de la Catalogne où le tourisme de masse est la règle, quelques irréductibles ont fait le pari de créer un festival à la programmation intergénérationnelle. Situé dans le cadre unique du parc de Valmy, l’événement accueille plus de 9000 spectateurs lors de chacune des trois soirées. L’occasion de croiser la route de monstres sacrés du rock (The Stooges, Deep Purple, Patti Smith) et de jeunes pousses (Gush, Izia, Coeur de Pirate).

Argelès-Plage, ses campings, ses marchands de glaces, de tongs et ses sempiternelles pizzerias-crêperies-mouleries. Aucun doute, nous sommes au royaume du tourisme familial bon marché. Ici c’est la plage qui est au coeur de toutes les activités, le centre névralgique de toutes les animations. Point de place à la culture, quelle qu’elle soit, on vient à Argelès pour ne penser à rien et profiter du bon temps au soleil.

Jacques Dutronc face au château de Valmy

C’est ce cadre étonnant qu’a choisi l’organisateur local La Frontera pour mettre sur pied l’un des plus beaux festivals rock du Sud-Ouest. Argelès-sur-Mer recèle en effet un joyau : le château de Valmy et son parc. Initiée en 1906 par l’industriel Pierre Bardou et son gendre Jules Pams, plusieurs fois ministre sous la IIIe République, sa construction se terminera en 1925. Le château appartient désormais à un particulier qui l’a transformé en chambre d’hôte, tandis que le parc, propriété de la ville d’Argelès, est prêté aux organisateurs dans le cadre de leur partenariat.

Un écrin face à la mer

C’est donc depuis les hauteurs de la commune, avec vue imprenable sur la mer, que les artistes se produisent. Le premier soir s’annonçait comme une fête pour les amateurs de chanson française. Coeur de Pirate, Renan Luce et De Palmas partageaient l’affiche avec deux pointures moins connotées : Suzanne Vega et Jacques Dutronc. La première se retrouvait pourtant reléguée à ouvrir le festival dès 18 h. Accompagnée simplement de ses bassiste et guitariste au niveau technique exceptionnel, l’Américaine a procuré aux spectateurs un réel moment de grâce. Dutronc, tête d’affiche de la soirée, fera quant à lui dans l’efficace, ne jouant que des tubes pendant presque une heure et demie. De quoi nous rappeler, si on l’avait oublié, la carrière d’envergure du Corse d’adoption (il brandira même le drapeau de l’île de Beauté sur scène).

Iggy Pop toujours aussi affuté

Tout autre ambiance le lendemain. Ce samedi soir deux légendes partageaient la scène : Patti Smith et Iggy Pop. Le concert de la première fut un moment de poésie extraordinaire. Un instant d’émotion pure qui tire des larmes sincères face à la beauté de l’ensemble. Une prestation qui risque de rester gravée dans l’histoire du festival. Iggy Pop n’était pas aussi subtil. Après s’être pris une crash barrier en plein visage lors de son concert de la veille, l’iguane reste tout de même d’attaque et fait le job. Il se tortille, se déhanche comme un forcené et ressortira de scène épuisé, soutenu par deux vigiles. Izia clôturera la soirée avec une fougue qui n’a rien à envier à son prédécesseur. Quelques heures avant, on l’entendait pourtant confier en coulisse au chanteur des BB Brunes avoir un trac monstre de jouer après les Stooges. Même si on peut lui reprocher d’en faire un trop lors de son show, impossible de penser qu’elle ne donne pas tout.

Pour cause de finale de la Coupe du monde le dimanche, la dernière soirée aura finalement lieu le lundi 12 juillet. Après avoir subi les balances de Saez pour cause d’arrivée tardive depuis Liège, mais surtout son concert où il adore enfoncer les portes ouvertes, on peut passer aux choses sérieuses. Deep Purple, l’un des groupes fondateurs du hard rock, s’en donne à coeur joie et enchaine ses tubes sourire aux lèvres : Highway star, Strange kind of woman, Lazy et bien entendu l’inusable Smoke on the water. Ne manquait que Child in time, pourtant l’un des plus beaux de l’histoire du rock. Puis Gossip vient clore les trois jours de festivités par une prestation mi-figue mi-raisin. On a connu Beth Ditto bien plus inspirée et surtout plus en forme.

Outre les prestations impeccables des figures tutélaires du rock présentes le week-end dernier, on retiendra pourtant autre chose de cette quatrième édition des Déferlantes. Difficile en effet de ne pas être marqué par la volonté des organisateurs de faire plaisir au public le plus large possible grâce à une ouverture d’esprit peu commune. Un bol d’air frais et d’authenticité, loin des clichés touristiques d’Argelès-Plage.


8 commentaires pour “Les Déferlantes : l’exception culturelle d’Argelès”

  1. 1 Combes Magali a dit le 14 juillet 2010 à 22:11 :

    Bonsoir,
    Je suis outrée à la lecture de votre article.
    Je suis Argelésienne, et cela fait 3 ans que je vais aux déferlantes (depuis le début donc).
    Du coté des artistes, ils font leur boulot, tout baigne, j’adore, je me suis éclatée et c’est bien grace à eux.

    Mais quand vous parlez de « l’ouverture d’esprit des organisateurs », nous procurant « du plaisir » , excusez moi mais j’ai l’impression que vous vous foutez pas mal du public. Nous, les 9000 chaque soir, étions déja beaucoup trop nombreux pour le parc de valmy. Les parkings se trouvent très loin au port, et rien que pour monter dans les navettes surchargées il fallait attendre une demi heure. arrivée vers le parc, à 17h la queue fait bien 500mètres de long. les gens sont complètement arrassés par les 35° du jour, sous le soleil, tassés comme DU BETAIL . J’insiste sur ce terme car c’est celui que j’ai retenu de la soirée. Les « vigiles » faisant les gros bras nous ont constament menacés avec agressivité si on ne suivait pas leur directive (1personne au 20cm² qui rentre au compte goutte) . A l’entrée du parc, ceux qui achetaient encore des places ont formé une véritable cohue, certains ont même abandonnés devant ce parkage et cette tension. Les hommes et les femmes séparés à la porte, fouillés, vidés de leur eau et de leur nourriture, ne se serait-on pas cru à Dachau? C’est une HONTE de priver les gens de leur eau et sandwichs alors qu’on en vend plein le parc à 2€les 50cl et 5€ le sandwich !!!!! Je n’ai jamais vu cela dans d’autres festivals!
    Passons aux buvettes justement. Pour une boisson il faut faire une demi heure de queue à la banque « deferloo »(décidément on ne fait pas confiance aux bénévoles!) puis re-attendre à la buvette. Je n’ai apercu aucun stand de prévention (santé bruit distribution cendriers ou bouchons d’oreille…).
    Aux toilettes, 150 personnes attendent qu’une des boites bleues en plastique et sans eau se libère ! Attention un bon vigile vire chacun qui pisse contre un arbre!
    La programmation , passons, ça n’a jamais été le fort des déferlantes de nous donner un programme en avance, et des horaires de passages cohérents (la tête d’affiche suzanne vega à 18h: 3 quart des personnes encore dehors).
    A la sortie, c’est aussi comme des animaux qu’on nous parle, devant passer dans une petite file derrière les barrières, avec les gardes obéissants qui nous crient dessus pour laisser passer les quelques voitures VIP sur les 3quart de la route. (bien entendu cette manigance inutile n’a fait que 20m, au delas aucune barrière et les voitures qui passent très tranquilement avec les piètons.
    Quand aux navettes retour, elles auraient bien pu faucher 2 ou 3 personnes tant elles allaient vite, le dernier wagon balancant de part et d’autre de la route… trop de surcharge (5 par banquette de 3place sur 6 ou 7 wagons, allez donc essayer!)

    Bref, pour la frontera, un gros zéro.
    Pour les navettes de la ville, idem.

    Par contre, je ne suporte pas le cliché que vous faites d’argeles. certes elle est très touristique mais d’autres cotés existent! vous ne pouvez pas parler comme ca d’une ville que vous avez vu pendant 2 jours! argelès vit à l’année et pas seulement quand les touristes débarquent, et nous avons une grande culture contrairement à ce que vous pensez! Bref, « les irréductibles » , comme vous les appelez, désirent surtout une chose: de l’argent, beaucoup ,et vite. Argeles est un lieu idéal pour cela grâce au monde qui y est l’été.

    Alors bravo, bravo pour votre article sponsorisé par la frontera & co!

  2. 2 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 14 juillet 2010 à 22:39 :

    Aucun souci de mon côté sur ton ressenti concernant l’organisation. C’est ton avis, je le comprends, effectivement j’ai vu qu’il y avait un monde fou pour les retours au parking. En revanche, je ne peux pas te laisser dire que l’article est sponsorisé. Je n’ai aucune relation commerciale quelle qu’elle soit avec La Frontera. Pour tout te dire, je ne connaissais même pas le festival avant d’y mettre les pieds cette année. Cette précision me semblait importante.

  3. 3 Joris a dit le 16 juillet 2010 à 13:39 :

    Moi je ne l’ai pas trouvé si insultant que ça cet article. :°

  4. 4 jean a dit le 17 juillet 2010 à 10:22 :

    2 – 3 trucs
    Suzan Vega ANGLAISE !! depuis quand est elle sujet de sa majesté ? elle a été naturalisée ???? (je rapelle que Suzan Vega est née en Californie et a grandie à New York)

    Et Gossip mi figue mi raisin !! ben qu’est ce que ca doit être quand ils sont en forme, parce que moi j’ai pris un pied d’acier et je suis trés loin d’être le seul. Damned, quel concert !

    Je n’en dirais pas autant du groupe de vieux briscards qui faisaient des reprises de Deep Purple, bof, sans plus

    Et je trouve dommage de ne parler que des groupes de la grande scéne : les Electric Octopus Orchestra pour ne citer qu’eux ont fait un concert d’enfer.

    A+

  5. 5 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 17 juillet 2010 à 11:08 :

    Bien vu pour Suzanne Vega, c’est corrigé, merci !

  6. 6 Lajaumont pat a dit le 17 juillet 2010 à 18:38 :

    Gossip c’était génial mais que des tetes d’affiche comme patti ou iggy passent en milieu de soirée… nul,! Maintenant ne pas oubliè que le prix du billet reste relativement bas ,tres bien mais si c’est pour se ratraper avec la vente de boisson 2€ 1 gobelet c’est cher, a 22h plus d’eau a vendre…! Et puis oui faire 1 festival avec ce genre d’artistes dans ce parc c’est inconscient trop petit , etc etc . Si tu as photos de gossip , fais moi signe

  7. 7 Florent Pagès a dit le 23 juillet 2010 à 16:46 :

    Jean :
    Je n’en dirais pas autant du groupe de vieux briscards qui faisaient des reprises de Deep Purple, bof, sans plus

    :O ??

    on a pas du voir le meme concert !!
    DP ont fait une prestation digne de leur reputation !
    Je suis d’accord pour dire que Ian Gillan a plus la voix qu’il avait étant jeune mais de la à dire que c’était mauvais, NON !
    De plus les musicos ont vraiment envoyé !
    Bref, pour moi, TRES bon concert ;)

    en ce qui concerne le prix des conso, là je suis totalement d’accord, c’était cher !
    Mais bon, quand on voit le prix des billets, ça reste un festival tres abordable !

    Gossip ? parti avant la fin… ca veut tout dire non ? perso, j’ai pas accroché !

    Pour parler des autres,
    Dutronc : Fidèle à lui meme, comme on l’aime, des tubes et encore des tubes !
    De Palmas : d’accord avec le journaliste, heureusement qu’il a pas fait son dernier album ! On a chanté du début a la fin sur ses tubes !
    Izia : mon coup de coeur cette année, enfin du bon dans la nouvelle vague française avec des sonorités 70′s comme on les aime !
    Saez : mouais…
    Pony Pony Run Run : agréablement surpris, je pensais que c’était plus electro !
    BB Brunes : de bons musiciens mais vraiment, faut que le chanteur change de voix lol
    Iggy and The Stooges : ouaaaah mais que c’était bon ! Mon meilleur souvenir du festival avec DP !

    Bon je crois que j’ai assez écrit ! @+

  8. 8 Mistinguette a dit le 21 août 2010 à 15:28 :

    Hum,… A la lecture de cette note de JSZanchi que j’ai le plaisir de « follower » j’avais déjà envie de laisser un commentaire.
    Mais à la lecture des commentaires des autres Internautes. Cela s’impose.

    J’ai tendance à être plutôt d’accord avec les commentaires concernant le manque d’organisation de ce festival relativement petit et qui débute encore. Il est vrai que le vendredi soir, la queue aux banques Déferloo était interminable, que les navettes roulaient à très très vive allure lors du retour, qu’il n’y avait aucun stand de prévention (audition, alcool, sexe, etc) et que ne serait-ce que ce dernier point, c’est quand-même effectivement un très très gros point noire. Mais pour le reste,… C’était votre 1er festival ma parole ou quoi ???? Je ne vous souhaite pas un jour d’aller aux Vieilles Charrues vous faire vomir dessus en plein concert et uriner sur votre toile de tente durant la nuit !!!! Mais il est vrai que les journalistes ayant un accès hors publique, ils ne sont que rarement confrontés à cette réalité façon « vis ma vie de festivalier ». J’ajouterais, détail esthético-pratique, que pour ma part, je suis allée soulager ma vessie à la pointe de la colline. Et c’était chaque fois une expérience formidable. Seule au milieu des cigales, sous les pins et les lauriers,… Je le recommande (ainsi que le petit bar à vins et à Muscat qui se trouvait tout au bout du bout du petit chemin).

    Sur le festival en lui-même, je regrette à mon tour que cette note ne soit consacrées qu’aux têtes d’affiches. Dutronc a été très bon, Patti Smith a effectivement était émouvante (même si « We are all here from Jesus » franchement, ça m’a refroidit au point de tourner les talons), Iggy Pop a fait le job. Ok. Jusque là nous sommes d’accords. Pour le reste,… Honnêtement, Deep-Purple, c’est dépassé non ? Les Who, Led Zepp, je comprendrais. Mais Deep-Purple,… Mouais. Quant à Izia,… Mais enfermez-là !!!! J’ai lu (mais je ne retrouve plus ma source) qu’elle avait chanté 6 chansons en 1h30. Parce qu’elle a chanté à un moment donné ???? Elle a hurlé (un tas de conneries), elle a gueulé (un tas d’inepties) et elle a renvoyé une image du genre féminin déplorable (non, je ne suis pas une conservatrice bégueule, oui, je suis une jeune-femme de son temps qui vit très bien intégrée dans son époque, merci). Mis à part cela,… Concernant Gossip, je suis d’accord avec JSZanchi qu’elle a eut mieux fait et que ce n’était pas une performance scénique terrible de sa part (si c’est la 1ère fois qu’on la voit sur scène, cela peut peut-être paraitre pas mal, mais honnêtement, je m’attendais à mieux). Saez est furieux contre-tout jusqu’à en avoir après les fonctionnaires (ce type a dû avoir un problème de latéralisation politique dans l’enfance au point de ne plus savoir où se trouvent sa gauche et sa droite ma parole. Et puis c’est toujours un peu curieux de s’adresser à un public d’ado, de leur vendre au travers de paroles une certaines conception des idées, mais de contribuer activement à ce système dans le même temps). Enfin PPRR,… a électrisé le publique pourtant en pleine fournaise !!!! C’était vraiment génial et très gai ! ça partait des orteilles pour remonter jusqu’au bout des doigts et ils ont vraiment assuré leur set. Général Elektriks a bien entendu été impeccable aussi (ces mecs au moins savent ce que c’est que de la vraie musique avec une partition, des notes, des rythmes, etc).

    Non, moi en revanche, ce qui m’a considérablement retourné, c’est la performance de Eiffel !!!! Mais forcément, entre Iggy Pop et Izia, j’imagine que je relève d’une minorité. En tous les cas il devait me rester de l’énergie à revendre à ce moment là, ou alors mes chacras étaient disponibles, je ne sais pas, mais j’ai surtout eu mal au cou les jours qui ont suivi et plutôt faillit amocher quelques personnes autour de moi en dansant. Et puis questions véracité des idées défendues, c’est tout de même autre chose que ce pauvre Saez ou que cette cruchone d’Izia.

    Pour revenir à Argeles, et ayant eu la joie d’être hébergée localement sur Perpignan pendant la durée du festival, j’ai été très émue le vendredi soir, en fin de soirée, un chanteur de la région s’est produit sur la petite scène. Il a joué et chanté l’hymne catalan. Le public a entonné en choeur avec lui. Autour de moi, des filles dansaient avec leurs jupes longues traditionnelles. Je crois que je me souviendrai un moment de cet instant là. Aux bars aussi on sentait vraiment que c’était les personnes du village qui étaient montées assister au spectacle. En bref, on sentait une vie locale réelle derrière ce festival. Et dans un cadre aussi enchanteresque,… Ce serait effectivement parfait qu’ils se limitent à ne surtout pas dépasser la jauge des 10000 les prochaines années.

    Les lauriers, les pins, les cigales, le muscat et l’azur méditerranéen vont me manquer le WE prochain à St-Cloud !


Laissez un commentaire