Le vase donne une forme au vide, et la musique au silence.

Foals – Total life forever

Publié le 26 avril 2010 | Ecrit par | Catégories : Disques | 9 commentaires »

Bourges, 17 avril 2010, Foals donne l’un des meilleurs concerts du Printemps. Dans le Palais d’Auron, l’autre quintet d’Oxford joue devant un public hyper réceptif. Les teenagers de l’assistance se prennent en pleine face la précision du jeu du groupe, ses grooves syncopés, mais surtout son énergie et son plaisir de jouer ensemble. Fort logiquement, on se met à attendre plus de raison, son second album. Depuis déjà quelques semaines, l’attente du successeur d’Antidotes semble se rallonger au fur et à mesure que l’on se rapproche de sa date de sortie.

En 2008, Foals avait en effet composé l’un des tout meilleurs albums de l’année. Antidotes était un équilibre parfait entre complexité math rock et mélodies pop. Rien que Red sock pugie proposait un refrain plus catchy que n’importe quelle clip de MTV dans les 80s. La même année en novembre, les Anglais retournaient également la Cigale pour le Festival des Inrocks grâce à un Yannis Philippakis survolté qui n’hésitait alors pas à grimper sur le balcon de la salle parisienne. Claque sur disque, claque sur scène, le groupe se plaçait ainsi de belle manière sur l’échiquier du rock européen.

C’est donc avec circonspection que l’on découvre Total life forever pourtant porté par une superbe chanson dévoilée il y a quelques semaines via un clip magnifique. Spanish Sahara promettait en effet monts et merveilles : quelques accords subtils au son d’une guitare claire, voix cristalline de Philippakis, immense montée en intensité se terminant par une explosion rythmique et mélodique. Malheureusement, ce sera la meilleure chanson de l’album, loin devant le reste du tracklisting. Quelques rares titres émergent toutefois de l’ensemble : Blue blood, le single This orient, Black gold ou After glow. Le reste n’est pas convaincant, comme Miami qui sonne comme un vieux Cure mal dégrossi. Album décevant, prestations scéniques extraordinaires, c’est tout le paradoxe qui anime Foals, un groupe qui aime décidément marquer sa différence.

  • Album disponible le 10 mai
  • En concert le 2 juillet aux Eurockéennes et le 27 août à Rock en Seine


9 commentaires pour “Foals – Total life forever”

  1. 1 Quentin a dit le 26 avril 2010 à 11:22 :

    Superbe votre critique, bien construite avec beaucoup d’arguments pertinents…
    Seules 3 lignes concernent la critique de l’album, vous deviez avoir beaucoup d’inspiration !
    Et puis c’est pas Yann mais Yannis.

  2. 2 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 26 avril 2010 à 11:26 :

    Coquille corrigée, merci de la remarque.

  3. 3 Les tweets qui mentionnent Good Karma » Foals – Total life forever -- Topsy.com a dit le 26 avril 2010 à 11:27 :

    [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par JeanSébastien Zanchi. JeanSébastien Zanchi a dit: Il est comment ce second album de Foals ? Réponse sur #GoodKarma http://bit.ly/9Qb0lc [...]

  4. 4 Benjamin F a dit le 26 avril 2010 à 15:18 :

    Ce sera publié le 10 mai chez moi mais je peux déjà te dire qu’on est en phase, si ce n’est que j’ai peut être été encore plus sec…

  5. 5 Absolument ! a dit le 30 avril 2010 à 11:47 :

    La pochette rappelle Nevermind (comment ça je n’ai rien de plus intéressant à écrire ???)…

  6. 6 _mouloud_ a dit le 12 mai 2010 à 13:07 :

    de même.
    je porte sur cet album -que j’attendais avec fébrilité- un regard de déception.
    pour moi, le seul titre qui ressorte vraiment, c’est « 2 trees ». bien que peu rythmé, il m’évoque certaines ambiances solaires de radiohead.

  7. 7 Bach' a dit le 14 mai 2010 à 23:35 :

    Je dois avouer que je suis du même avis que _mouloud_. Pourtant ils nous avaient prévenu ces Foals que cet album serait moins entrainant et plus construit au niveau des paroles, quitte à délaisser la musique (que ce pauvre Jack (batteur) doit s’ennuyer derrière sa batterie beaucoup moins utilisée que dans leur premier opus). Enfin quelque chansons sont tout de même magnifiques comme Blue Blood qui d’entrée de jeu marque la différence qu’il ya avec Antidotes, on peut aussi ajouter que la voix de Yannis à totalement changé (enfin je trouve) ressemblant dans Blue Blood aux nombreuses voix de Fleet Foxes (cela m’a sauté aux « oreilles » à la première écoute), elle est plus reposée, plus douce se distinguant de celle apportée dans « Cassius » qui nous faisait danser comme des fous. Enfin on retrouve quelques envolées musicales comme dans « Spanish Sahara » (qui à eu du mal m’émouvoir au premier abord, évidemment passé d’un maths-rock album à une chanson pop toute jolie sa choque surtout venant d’eux…) ou même « Alabaster » (avec le « run away » répété juste 2 fois mais tellement magnifique !). Je suis quand même heureuse qu’on retrouve ces guitares aux son aigue qui m’avait largement marqué dans « Antidote » par contre je suis d’accord avec l’article concernant la chanson « miami » … décevante… Les Foals ont murri mais pas dans le sens ou on le voulait, c’est à en préféré Two Door Cinema Club (?).

  8. 8 Toyboy a dit le 22 mai 2010 à 22:07 :

    On est arrivé à un temps où les albums qui nous déchaînent à la première écoute mais nous saoûlent au bout de la cinquième sont plus encensés que ceux qui paraissent mou du genou à la première écoute mais au final d’une bien plus grande profondeur, triste.

    Vous l’aurez compris cet album fait partie de la seconde catégorie. Au diable la musique qui fait danser, Foals a fait un vrai album avec un véritable élan artistique (sans être un disque majeur non plus mais un bon album), grand bien leur a pris.

  9. 9 SunLee a dit le 31 octobre 2011 à 14:53 :

    Tout à fait d’accord avec Toyboy!; consternant de voir en effet ces ‘critiques’ et ‘audiophiles’ de nos jours (à la longue..).. cet album est en effet superbe de subtilités (‘lentes’)..qui se découvrent et redécouvrent sur le long terme. Bien loin du catchy de 15sec qui semble effectivement être le ‘must have’ du jour.. enfin bref, excellent album, consternantes critiques..bon, allez, on va finir par avoir l’habitude ; le plus drôle est en fait de relire les ‘critiques’ 10 ans plus tards, de nos jours ; leurs génies sont bien sûr oubliés, et leurs ‘médiocres’ produisent encore des choses nouvelles..et oui, et aussi diffèrentes toujours..allez comprendre ^^ On fait le pari dans 10 ans que ces Foals seront toujours là..et encore diffèrents (comme tous les bons) ! )


Laissez un commentaire