La musique vaut toutes les philosophies du monde.

Gorillaz / Plastic beach

Publié le 26 février 2010 | Ecrit par | Catégories : Disques | 27 commentaires »

Gorillaz a changé, c’est ce dont on a pu se rendre compte hier soir lors de l’écoute du nouvel album, Plastic beach, organisée par EMI avant sa sortie le 8 mars prochain. Une écoute c’est insuffisant pour se faire une idée définitive, mais c’est assez pour donner ses premières impressions. Quand on pose le casque, une fois que tout l’album a défilé, un sentiment mitigé se dégage. Oui ce nouvel album détonne dans la discographie du groupe, un pas a été franchi en terme de variété de production. Non, les featurings à foison sur ce disque, prometteurs, ne sont pas tous bons.

Après une Orchestral intro, voilà Snoop Dogg qui débarque dans l’univers du groupe en cartoon. Le beat de Welcome to the world of the plastic beach est lourd, les riffs funky fusent, on se balade dans une Californie enfumée et on s’en prend plein la gueule dès l’ouverture. Kano et Bashy prennent le relais sur White flag. Bien plus agressif ce titre marie hip-hop et sonorités orchestrales orientales. Damon Albarn montre enfin le bout de son nez sur Rhinestone eyes. Quelque peu désabusé, il use ici du talk over sur un rythme downtempo, habillé de quelques riffs de funk synthétique. Stylo, premier extrait déjà entendu sur le Net donne finalement le ton de cet album. Ce retour aux sources electro funk du hip-hop est ce qui fait la marque de fabrique de l’album. Sur ce titre Mos Def (en retrait) et l’immense Bobby Womack s’en donnent à coeur joie. Gruff Rhys de Super Furry Animal donne ensuite le change à De La Soul sur Superfast jellyfish. Couplet hip-hop, refrain pop-rock, on comprend vite qui fait quoi.

Troisième sommet de l’album après Welcome to the world of the plastic beach et Stylo, Empire ants avec les méconnus Little Dragon déroule son ambiance éthérée sur des rythmes qui se colorent une nouvelle fois d’electro funk. Le tout est intense et la chanteuse du groupe emblématique. Glitter freeze s’annonce ensuite comme l’un des importants featurings de l’album puisque Mark E Smith de The Fall y participe. On est vite dérouté, puis emporté. La rythmique est martiale, parfois bancale, les synthés sont agressifs et le chanteur n’y fait que déclamer quelques phrases. La conclusion de la chanson est plus légère et lumineuse. On respire enfin. Une rupture est marquée dans l’évolution du disque.

Nouveau sommet du côté des invités de marque, Some kind of nature avec Lou Reed déçoit. Avec ce titre on repart sur une veine plus pop et Damon Albarn accompagne le New Yorkais dans son délire. Le chanteur de Blur s’offre ensuite son quart d’heure américain, seul sur On melancholy hill (dansant et enjoué) puis Broken aux forts relents de son ancien groupe, Death of a party rode dans les parages. Quatrième sommet de l’album, Sweepstakes donne au flow de Mos Def un extraordinaire écrin. La production très électronique et sombre de cet ambitieux titre propose une progression et une superposition de trames sonores. Des beats de batterie acoustique s’ajoutent au long du morceau, on en ressort étourdi.

Immense déception, les retrouvailles des Clash survivants Mick Jones et Paul Simonon sur Plastic beach sont d’une nullité sans pareille. À trop attendre, on est forcément déçu, Gorillaz ne déroge pas à la règle. To binge marque le retour de Little Dragon, pour une ritournelle en duo avec Damon. Dernier sommet, Cloud of unknowing met en avant toute la classe de Bobby Womack seul aux manettes dans cet exercice soul orchestral. Puis l’album se referme avec un seizième titre offert à Damon, Pirate jet, qui ne propose rien d’inoubliable. Les fans du groupe vont être surpris, le son Gorillaz n’est plus le même. Une nouvelle étape vient d’être franchie, plus adulte, plus mature, plus travaillée. Il ne reste plus qu’à écouter ce disque de nouvelles fois pour se faire un avis définitif.


27 commentaires pour “Gorillaz / Plastic beach”

  1. 1 -Twist- a dit le 26 février 2010 à 11:48 :

    « Immense déception, les retrouvailles des Clash survivants Mick Jones et Paul Simonon sur Plastic beach sont d’une nullité sans pareil. »
    ******

    M’étonne pas. Le père Mick Jones avait sorti un disque y a qqs années cela d’une nullité sans pareille, où ca transpirait le gras, le lourdingue et le pas beau du tout.

  2. 2 Martin a dit le 27 février 2010 à 01:36 :

    Je suis pas d’accord, j’ai trouvé le titre avec les ex-Clash plutôt bon.

    Par contre la vraie déception pour moi c’est les deux titres du milieu (j’ai plus la tracklist sous la main) avec Albarn tout seul, ils sont vraiment un cran en dessous du reste…

  3. 3 2ben a dit le 27 février 2010 à 10:03 :

    C’est dingue le nombres de fake qui circulent en ce moment.. Alors tu as pu écouter le vrai ? Chanceux va :)
    Merci pour ce ptit descriptif, 4/5 bon titres, c’est déjà pas mal… on fera avec (quand on pourra enfin l’écouter) !!

  4. 4 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 27 février 2010 à 10:47 :

    Martin, vraiment j’arrive pas à comprendre ce que tu trouves bon dans le titre avec les Clash. C’est d’autant plus étonnant que l’avis était plutôt unanime à la sortie de l’écoute. A vérifier après plusieurs écoutes peut-être.

    2ben, oui il y a une tonne de fakes qui circulent donc faut vraiment se méfier. Pour se faire une idée, il est en écoute sur Wormee à partir de lundi, une semaine avant sa sortie.

  5. 5 Martin a dit le 27 février 2010 à 22:59 :

    Je suis bien conscient d’être tout seul à défendre cette chanson, mais je suis pas très objectif quand Simonon et Jones sont impliqués :) Et puis de toute façon, après deux écoutes je peux rien dire de définitif ;)

  6. 6 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 1 mars 2010 à 09:13 :

    Ça on est bien d’accord !

  7. 7 Oscar Colo a dit le 1 mars 2010 à 12:28 :

    Une rumeur dit qu’un faux album circule à l’initiative du groupe et que tout le monde a été berné. Maison de disques, journalistes… et toi aussi visiblement ! Parce que je suis en train d’écouter l’album sur wormee et ce qu’on peut dire c’est qu’il est parfaitement en phase avec les deux précédents. Dire que le titre avec Lou Reed est décevant en dit long sur la pertinence de ta chronique et l’étendue de la supercherie dont tu as été aussi victime. Tu es ridicule !!

  8. 8 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 1 mars 2010 à 12:45 :

    Si tu avais lu mon texte en entier, ce n’est finalement pas toi qui passerait pour le plus ridicule de nous deux puisque j’ai entendu cet album dans le cadre d’une écoute organisé par EMI. D’autre part, comme indiqué dans mon billet, il est tout sauf une chronique, mais bel et bien une première impression suite à cette écoute. Et trouver que ce troisième album n’est pas différent des deux précédents, c’est aussi une preuve de ta pertinence.

  9. 9 Oscar Colo a dit le 1 mars 2010 à 13:21 :

    Désolé Jean-Sebastien Zanchi, mais c’est bien parce que tu as écouté l’album dans une écoute organisée par EMI que tu t’es fait blouser comme elle ! L’album présenté était un fake…. mdr !

  10. 10 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 1 mars 2010 à 13:50 :

    Ah ouais quand même. Tu es donc un vrai champion toi.

  11. 11 Erwan a dit le 1 mars 2010 à 14:19 :

    C’est sûr que c’était un fake. Et sur les Cds aussi ça sera toujours un fake. C’est con on pourra pas écouter le vrai disque du coup…

  12. 12 Valoche a dit le 1 mars 2010 à 14:23 :

    J’ai jamais écouté Gorillaz. Et à priori jamais entendu. Je vais continuer je crois.

    PS: qu’est-ce qui se passe là, y-a un marché noir du troll ? Ca se revend quelque part ou quoi ? Parce qu’il me semble qu’il y a recrudescence…

  13. 13 -Twist- a dit le 1 mars 2010 à 15:16 :

    En écoute là sinon:
    http://www.npr.org/templates/s.....=124114812

    Mais c’est surement un fake comme l’explique Oscar.

  14. 14 Martin a dit le 1 mars 2010 à 17:18 :

    Eh ben Jean-Sébastien, tu n’as qu’à aller écouter l’album sur Wormee (qui évidemment n’a pas pu se faire embobiner, elle) et nous dire si c’est le même, ça clarifiera les choses. Non mais j’vous jure.

  15. 15 Grouilla a dit le 2 mars 2010 à 12:05 :

    Moi en lisant les chroniques de pré-écoute, j’ai aussi l’impression que vous avez écouté un fake! C’est assez incroyable mais en te lisant, j’ai l’impression qu’on n’a pas écouté le même album. Alors le bon album est sur Wormee (http://gorillaz.wormee.com/), le fake sur Grooveshark (http://www.spirit-of-rock.com/.....-l-fr.html). Jean-Sébastien, lequel as-tu eu la chance de découvrir en avant première? Donne-nous la réponse et on aura le fin mot de l’histoire!!
    Sinon, le clip de Stylo est énorme!

  16. 16 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 2 mars 2010 à 12:07 :

    Dois-je vraiment préciser qu’EMI ne fait pas écouter de fake ?

  17. 17 Grouilla a dit le 2 mars 2010 à 12:18 :

    Donc tu assures que c’est bien la même version que sur Wormee que tu as « pré-écouté » et non le fake? Tu as comparé les 2? Une erreur en maison de disque, ça peut arriver même si c’est difficile à croire… Et maintenant que tu l’as écouté plusieurs fois, est-ce que tu gardes le même avis sur cet album?

  18. 18 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 2 mars 2010 à 12:21 :

    Bien sûr que non je ne garde pas le même avis, c’est bien pour ça que j’avais précisé que ce billet n’était pas une chronique. Quatre ou cinq très bons morceaux, le reste très moyen, manque d’homogénéité, mais ça c’est pas nouveau chez Gorillaz.

  19. 19 ColineEbb a dit le 2 mars 2010 à 13:12 :

    Mais où est la vérité ? Qui est berné ? Qui se fourvoie ? La blogosphère = Shutter Island

  20. 20 Nico gorillaz a dit le 3 mars 2010 à 20:20 :

    Et bah au risque d’en faire hurler plus d’un, je l’aime bien cet album et je le trouve même cohérent !!!!

  21. 21 Kadie a dit le 4 mars 2010 à 00:26 :

    Je me suis bien marré en lisant les commentaires. « Tu es sur qu’EMI ne t’a pas fait écouté un fake ?! » Lol.

    ‘Fin bref, pour ma part j’attendais beaucoup de cet album, et je suis déçu, mais alors un max. En écoutant Stylo la première fois (sur youtube), la seule chose que j’avais vraiment aimé, c’était le clip. Tant pis je me dis, je préfèrerai surement les autres chansons. Ben c’est loupé. Comme dit dans l’article, c’est plus le même gorillaz. Alors après on peut aimer, pour ma part je me suis très vite fait chier en écoutant les chansons, des intro où il ne se passe presque rien et des couplets qui n’apportent pas grand-chose, même s’ils sont parfois totalement inattendus (Stylo, puisque c’est celle que j’ai le plus écouté, c’est pour moi un grand mélange d’un peu tout et n’importe quoi, avec de bonnes prestations prises une à une, mais qui ne collent pas du tout ensemble). Alors c’est sûr on se retrouve avec des chansons très originales, qui brisent les « règles » de construction normales d’une chanson, et ça fait du bien, mais pour beaucoup on s’ennuie comme un rat mort.

    Ce n’est bien sûr que mon avis après une écoute très générale de cet album, décevant pour ma part. Si je ne devais dire qu’une chose de cet album, ce serait « des passages sympathiques, parfois, au milieu de passages très moyen qu’on trouve vraiment trop souvent ».

  22. 22 Fatiha a dit le 5 mars 2010 à 18:42 :

    Hello.
    Depuis que l’album est en écoute sur wormee, je l’écoute toute la journée au taf et le soir chez moi. J’adore. Je le trouve génial, éclectique, plus mature, dark par moments, joyeux aussi. Tout ce que j’aime chez Gorillaz. M’en suis totalement imprégnée.
    Oui cette évolution va en surprendre beaucoup, mais c’est normal d’évoluer album après album. S’ils faisaient ce qu’ils font depuis 10 ans, on le leur aurait reproché.
    Lou Reed, j’aime bien. C’est pas décevant, vous vous attendiez à quoi? Qu’il rap?
    J’aime ces superpositions sonores, vocales thématiques et atmosphériques.

    Il y a peut être moins de tubes évidents, mais je trouve que c’est leur album le plus abouti. J’adooooooore!

  23. 23 maxc6po a dit le 8 mars 2010 à 11:18 :

    Mouais pas mal, je l’ai p’tet trop attendu cet album. Pas un titre qui me rend euphorique ou touché ou quoi…j’aime bien broken, et justement, il y a kekchose de cassé dans la machine magique des gorilles, un côté blazé.
    Comme dirait l’autre à ré écouter pour se faire un avis définitif.

  24. 24 kalish a dit le 8 mars 2010 à 23:41 :

    totalement d’accord avec kadie, si ce n’est que je trouve qu’il ressemble bien aux autres albums, moi je le trouve un peu vide, certains trucs intéressants mais pas de cohérence, même dans les chansons. Il est pas fini cet album. Si ça se trouve dans 2 mois sort la version définitive avec album gratuit pour ceux qui làont eu légalement et coup de baton pour les autres, on peut toujours rêver.

  25. 25 Fernandez a dit le 15 mars 2010 à 21:08 :

    Pas d’autres mauvaises critiques depuis le 8 ? Zut, à 24h près on avait des vraies critiques. Quoi qu’il en soit, j’ai écouté l’album sur leur site dès qu’il a été mis en ligne, et après écoute plus confortable, je peux dire que Plastic Beach est pas loin d’être aussi bon que Demon Days (Tellement pas loin qu’il y serait, j’attends qu’il se tasse encore un peu). Le son est impeccable, la composition est surbonne, les musiciens sont pire que bons, Albarn s’améliore, le dessin de Hewlett atteint des sommets. What else ?

  26. 26 ian a dit le 15 mai 2010 à 10:34 :

    Pour moi, beaucoup de plaisir a écouter et réécouter cet album, différent et en même temps fidèle à l’esprit des précédents… Un son excellent.

  27. 27 Music Business en vrac #16 | La musique en 2000, Moozar en clair, MyMajorcompany dans le viseur… | B comme BoxSons a dit le 15 mai 2010 à 16:12 :

    [...] enfin, le retour de Good Karma ! Dernier article : retour sur l’écoute du dernier [...]


Laissez un commentaire