La musique est l'âme de la géométrie.

Aufgang / Café de la danse / 19.11.09

Publié le 20 novembre 2009 | Ecrit par | Catégories : Concerts | 16 commentaires »
Hier soir au Café de la Danse, Aufgang a défendu son premier album, l’un des tout meilleurs de 2009. Si la recette prend sur disque, rien n’était moins sûr sur scène.
Quand deux pianistes choisissent de mettre en avant un batteur, c’est un premier signe. Quand celui-ci est entouré de machines, en voilà un second. Bien que composé de musiciens classiques, Aufgang ne sera jamais une formation considérée comme telle. Les pianistes Rami Khalifé et Francesco Tristano n’ont pourtant plus rien à prouver dans le domaine. Aymeric Westrich profite de leur ouverture d’esprit pour accompagner le duo de sa batterie et de ses machines.
Étonnant de voir comment une telle formation à la musique peu accessible au premier abord arrive à captiver une salle. Il faut avouer que leurs arguments sont massifs. Si le spectacle ne se joue pas dans les lumières, il est assuré par l’engouement des deux pianistes derrière leurs claviers, Khalifé terminera le concert en nage.
Comparativement au disque, le son est bien plus brut, plus cru. Sur scène, on n’arrondit pas les angles, on crache ce que l’on a à dire dans l’instant. Les partitions sont noircies, les doigts virevoltent sur les touches, les mains vont s’aventurer dans les cordes du piano pour les étouffer, les regards se croisent et communiquent. Pendant ce temps, Westrich martèle des rythmiques (d’ailleurs parfois de manière trop robotique) entre trip-hop et techno binaire des plus classiques. De Channel 7 en ouverture de concert au toujours aussi « Detroit-like » Sonar, le trio arrive à embarquer avec lui un Café de la Danse d’abord perplexe puis complètement absorbé.
C’est finalement le morceau de bravoure Soumission qui viendra achever l’audience. Le titre le moins saisissable du disque devient finalement le plus incroyable sur scène. Touches mélodiques et rythmiques s’assemblent au fur et à mesure pour donner un tout de plus en plus intense. Jusqu’à ce que le frisson nous parcourt. Pari gagné, le disque n’était donc pas qu’une expérience de laboratoire réussie par hasard, mais bel et bien l’oeuvre d’un vrai groupe.

[vimeo 7741436]

Hier soir au Café de la Danse, Aufgang a défendu son premier album, l’un des tout meilleurs de 2009. Si la recette prend sur disque, rien n’était moins sûr sur scène.

Quand deux pianistes choisissent de mettre en avant un batteur, c’est un premier signe. Quand celui-ci est entouré de machines, en voilà un second. Bien que composé de musiciens classiques, Aufgang ne sera jamais une formation considérée comme telle. Les pianistes Rami Khalifé et Francesco Tristano n’ont pourtant plus rien à prouver dans le domaine. Aymeric Westrich profite de leur ouverture d’esprit pour accompagner le duo de sa batterie et de ses machines.

Étonnant de voir comment une telle formation à la musique peu accessible au premier abord arrive à captiver une salle. Il faut avouer que leurs arguments sont massifs. Si le spectacle ne se joue pas dans les lumières, il est assuré par l’engouement des deux pianistes derrière leurs claviers, Khalifé terminera le concert en nage.

Comparativement au disque, le son est bien plus brut, plus cru. Sur scène, on n’arrondit pas les angles, on crache ce que l’on a à dire dans l’instant. Les partitions sont noircies, les doigts virevoltent sur les touches, les mains vont s’aventurer dans les cordes du piano pour les étouffer, les regards se croisent et communiquent. Pendant ce temps, Westrich martèle des rythmiques (d’ailleurs parfois de manière trop robotique) entre trip-hop et techno binaire des plus classiques. De Channel 7 en ouverture de concert au toujours aussi « Detroit-like » Sonar, le trio arrive à embarquer avec lui un Café de la Danse d’abord perplexe puis complètement absorbé.

C’est finalement le morceau de bravoure Soumission qui viendra achever l’audience. Le titre le moins saisissable du disque devient finalement le plus incroyable sur scène. Touches mélodiques et rythmiques s’assemblent au fur et à mesure pour donner un tout de plus en plus intense. Jusqu’à ce que le frisson nous parcourt. Pari gagné, le disque n’était donc pas qu’une expérience de laboratoire réussie par hasard, mais bel et bien l’oeuvre d’un vrai groupe.


16 commentaires pour “Aufgang / Café de la danse / 19.11.09”

  1. 1 jeromgoodmood a dit le 20 novembre 2009 à 01:58 :

    un mot : frisson ;)

  2. 2 Rod a dit le 20 novembre 2009 à 03:05 :

    trop ca :)

    je bosse a fond cette nuit un titre pour le proposer demain matin avant emilie simon :)

  3. 3 Nicolinux a dit le 20 novembre 2009 à 09:29 :

    Arg !

    Bon, content qu’Aufgang vaille autant sur scène que sur disque. Je ne les raterai pas la prochaine fois…

  4. 4 Aufgang / Aufgang a dit le 20 novembre 2009 à 10:50 :

    [...] récents Nicolinux on Aufgang / Café de la danse / 19.11.09Rod on Aufgang / Café de la danse / 19.11.09jeromgoodmood on Aufgang / Café de la danse / [...]

  5. 5 AlainG a dit le 20 novembre 2009 à 11:06 :

    Ah mais tu étais là ! Nos photos et notre avis : http://www.soul-kitchen.fr/con.....9-11-2009/
    :)

  6. 6 Benjamin F a dit le 20 novembre 2009 à 11:42 :

    JE VEUX RETOURNER A DES CONCERTS !!!

  7. 7 Marie K a dit le 20 novembre 2009 à 11:50 :

    C’était génial! Jolie chronique ;)

  8. 8 Greg Schlom a dit le 20 novembre 2009 à 11:57 :

    C’était très stylé. J’étais un peu perplexe, au début, le coté électronique était un peu trop brut, il laissait parfois peu de place aux pianos.

    Mais soumission… Hallucinant ! Hallucinant !

  9. 9 Les tweets qui mentionnent Aufgang / Café de la danse / 19.11.09 -- Topsy.com a dit le 20 novembre 2009 à 13:09 :

    [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par Audrey / Discograph et JeanSébastien Zanchi, Infinemusic. Infinemusic a dit: RT @JSZanchi: Aufgang : 3 incroyables musiciens sur scène hier soir au Café de la Danse. Le live report : http://bit.ly/3R5U1v. [...]

  10. 10 Dave a dit le 20 novembre 2009 à 19:28 :

    Tout à fait d’accord avec ce qui est dit sur la qualité du trio! J’ai été impressionné par leur capacité à varier les registres. En revanche, je crois que j’aurai toujours du mal avec le Café de la Danse… Cette salle est désespérément froide…

  11. 11 Branche ton Sonotone ! » Chronique de Aufgang – (n/p) a dit le 21 novembre 2009 à 15:29 :

    [...] Une interview et un live report chez Violette et un live report (qui arrive bientôt ici) chez Good Karma [...]

  12. 12 Rod a dit le 21 novembre 2009 à 20:54 :

    thanx pour l’inclusion de la vidéo :)

  13. 13 j-s a dit le 27 novembre 2009 à 01:36 :

    Merci pour la découverte.
    Excellent !!!

  14. 14 Boboman a dit le 21 janvier 2010 à 16:03 :

    Aufgang, la révélation bobo 2009

  15. 15 Clara Moto – Polyamour a dit le 3 février 2010 à 12:28 :

    [...] comme InFiné préfèrent braquer leurs projecteurs sur des tendances venues d’ailleurs. Après Aufgang l’année dernière, c’est sur le premier album de Clara Moto que s’ouvre 2010 pour [...]

  16. 16 Good Karma » Aufgang / La Machine du Moulin Rouge / 25.03.10 a dit le 26 mars 2010 à 02:05 :

    [...] Rouge on pouvait pourtant craindre le pire. Bien loin du cadre de leur dernier concert parisien au Café de la Danse en novembre 2009, Aufgang se produisait dans cette salle bien moins intimiste et au sound system plus incertain. [...]


Laissez un commentaire