Si tu veux juger des moeurs d'un peuple, écoute sa musique.

Benjamin Biolay / La superbe

Publié le 24 octobre 2009 | Ecrit par | Catégories : Disques | 50 commentaires »

benjamin biolay la superbe

Benjamin Biolay vient de briser la malédiction qui le poursuivait. Avec La superbe, il est enfin reconnu à sa juste valeur au sein d’une chanson française amorphe et convenue.

Depuis son premier album, Biolay a toujours été un surdoué au sein d’un style musical médiocre et dominé par des imposteurs. Depuis plusieurs années, peu d’artistes français rivalisaient vraiment avec les grands noms de la traditionnelle chanson, des années 60 à 70. Une époque où la variété n’était pas un gros mot et restait encore un travail d’artisan. C’est justement ce qu’est Biolay.

Multi-instumentiste, auteur, compositeur, arrangeur, interprète, réalisateur musical : le Caladois fait tout lui-même, entouré seulement de quelques musiciens et d’un ingénieur du son. Un artisanat qui a le mérite d’éviter la dispersion de l’inspiration et de favoriser sa concentration. Car c’est bien de cela qu’il s’agit dans ce monumental double album : une inspiration qui touche au plus près de notre émotion. Il y a à peine plus de deux ans, Biolay avait déjà sorti un album majeur, Trash yéyé, marqué par sa rupture d’avec Chiara Mastroianni. Véritable bouée de sauvetage lancée à la mer, ce disque avait permis à ceux dans le même cas de garder la tête hors de l’eau. Deux ans plus tard, c’est à nouveau la rupture qui est au centre de la plupart de ces vingt-deux chansons. Comme si celle-ci déterminait et conditionnait d’abord ce que l’on est, en attendant le prochain amour.

Pour La superbe, l’auteur a certainement écrit ses plus beaux textes. Il se livre enfin entièrement, allant même jusqu’à une impudeur inhabituelle. Réputé pour être très timide (certains disent toutefois qu’il en joue), Biolay la joue ici franco. Les mots sont parfois crus et choquent d’autant plus notre pudeur. Il plaint sa solitude (« Trop longtemps, cent fois trop longtemps que je suis tout seul » dans Si tu suis mon regard), regrette (« Raté de de peu, d’un détail, d’un cheveu, d’un mot, d’une syllabe ou deux » dans Raté), s’aveugle (« J’ai même pas vu que t’étais rien, que tu étais morte de chagrin, que tu étais seule comme un vieux chien, que tu faisais la gueule dans ton coin » dans Tout ça me tourmente), jalouse (« Jaloux du moindre pédé, du moindre cheval que tu montrais, bébé j’avais trop mal » dans Jaloux de tout) et subit (« Je ne sais pas comment te le dire dans les yeux, mais dès que je te croise il y a dans mon coeur comme un pieu. Je ne sais pas comment font les gens heureux, dans leur période rose, dans leur période bleue » dans Reviens mon amour).

Le vrai et incroyable sommet de l’album reste Brandt rhapsodie. Ce duo écrit et interprété avec Jeanne Cherhal aborde l’ultra rabâché thème du quotidien du couple. Habituellement parfait sujet lorsque l’on n’a plus rien à dire, cet éternel mystère de la relation homme/femme pris ici à bras le corps par les deux chanteurs met tout simplement par terre ce qu’il restait de l’infâme chanson française, immuablement sympa et futile. Par le biais d’un échange via post-it collés sur un frigo on se mue en voyeurs, on assiste à la naissance, l’euphorie, les doutes, la routine, la déliquescence et la fin d’un couple. N’importe qui passé par là se prendra cette chanson en pleine gueule, tel un écho à sa propre expérience.

Deux disques, vingt-deux titres, une heure quarante, cette oeuvre s’érige comme l’un des nouveaux monuments de la chanson. Riche, juste, impudique, La superbe est tout simplement l’un des plus beaux albums français depuis des lustres.


50 commentaires pour “Benjamin Biolay / La superbe”

  1. 1 frenetik a dit le 31 juillet 2009 à 18:32 :

    Merci !
    Chanson téléchargée, places réservées.
    Superbe :)

  2. 2 poparte a dit le 1 août 2009 à 18:46 :

    Superbe! J’aime ce que fait Biolay.
    Je te conseille un groupe suédois Indie-Pop si tu ne connais pas encore, à savoir Miike Snow, que tu peux écouter sur mon site.

  3. 3 thefirstofthegang a dit le 2 août 2009 à 02:10 :

    Joli titre mais c’est un plagiat total de « The teachers are afraid of the pupils » de Morrissey.
    Rien ne vaut le titre original…

  4. 4 mrbacoffe a dit le 4 août 2009 à 21:05 :

    Mouais, Biolay reste fidèle à lui-même je dirais, ce titre ressemble beaucoup à ce qu’il a déjà fait. Si vous ecoutez « Boite à Musique » de son album negatif, vers 2:05, vous vous rendrez compte que l’orchestration en est très proche…
    Peu importe, ça reste très bon…
    Bonne ecoute !

  5. 5 mrbacoffe a dit le 4 août 2009 à 21:10 :

    …le titre Negatif du même nom pardon, petit decalage des morceaux…^^

  6. 6 etienne a dit le 5 août 2009 à 21:29 :

    On ne peut pas appeler ça du plagiat mon cher thefirstofthegang mais tout simplement une inspiration les accords ne sont pas similaires.Quand a la musique on ne change pas une équipe qui gagne c’est du Biolay tout craché.

  7. 7 e-bow a dit le 12 août 2009 à 22:53 :

    Tout est dans le titre, mais en tant que grand fan du monsieur, ce morceau date déjà d’ un p’tit bout de temps… « d’ un temps où le temps d’ un instant, cette mélodie m’ a envouté !!! Bravo l’ artiste etsi dieu me le permet, je serai là le 19/10 et là au casino de Paris.

    http://www.dailymotion.com/rel.....shortfilms

  8. 8 arp_hans a dit le 28 août 2009 à 22:08 :

    Quel talent, y’a quand même pas beaucoup de français à pouvoir s’aligner…
    Suis vraiment inconditionnel.
    à voir en live ou BB perds toute la dimension hautaine qu’on peut imaginer sur ses albums…

  9. 9 Normarnie a dit le 3 octobre 2009 à 23:14 :

    Juste, petite rectification à propos du prétendu plagiat de Biolay. Morrissey détourne pour sa chanson “The teachers are afraid of the pupils”, les premières notes du 1er mouvement de la 5eme symphonie de Chostakovitch. Disons que pour Morrissey, on peu peut-être discuter de cette reprise, pour Biolay, c’est peut-être inconscient.

  10. 10 Rico a dit le 19 octobre 2009 à 09:46 :

    Biolay envoie en l’air toute la chanson française en alternant ou en mélangeant des violons grinçants, des explosions de cuivres, un piano intime, de la pop dissipée de jazz et d’électro, le débit du hip-hop, un slam à deux voix

  11. 11 Johan a dit le 20 octobre 2009 à 14:28 :

    Petite précision qui s’ajoute à celle d’e-bow, je vous invite à redécouvir pour certain le morceau suivant: http://www.dailymotion.com/vid.....shortfilms
    J’avais beaucoup aimé cette version, et je voulais faire partager !

  12. 12 Benjamin a dit le 23 octobre 2009 à 13:02 :

    JS,
    juste pour te dire que c’est en te lisant que jme suis décidé à écouté l’album qui traine depuis des semaines sur mon bureau,e t quelle surprise. Moi qui ej supporte pas Biolay j’ai vraiment ADORE cet album !

  13. 13 Jean-Sébastien a dit le 23 octobre 2009 à 13:24 :

    Ça me fait plaisir d’être arrivé à faire changer d’avis quelqu’un à propos de Biolay. Surtout toi. :)

  14. 14 David Bénard a dit le 24 octobre 2009 à 15:17 :

    Je suis fan, je n’écoute que ça depuis trois jours :)

  15. 15 Jean-Sébastien a dit le 24 octobre 2009 à 15:30 :

    Rien écouté d’autre depuis lundi !

  16. 16 arbobo a dit le 24 octobre 2009 à 17:51 :

    brisé la malédiction c’est exactement ça, et cassé aussi son image de poseur,
    paradoxalement avec son disque le plus ambitieux, pas seulement parce que c’est un double, l’ambition déborde dès les premières notes, et on suit, jusqu’au bout :-)
    chapeau, et belle chronique JS

  17. 17 Jean-Sébastien a dit le 24 octobre 2009 à 18:09 :

    Merci arbobo ! Même s’il garde sur ce disque encore quelques réflexes typiquement germano-pratins (qui m’énervent aussi), je suis content de voir que son image évolue et que des gens qui n’y seraient jamais venus aiment désormais sa musique. Comme quoi, les œillères ne servent à rien ! :)

  18. 18 Violette Roll a dit le 26 octobre 2009 à 12:53 :

    Bon sang JS, tu as marqué un point,
    j’ai écouté en entier, d’une traite sans même trouver ça chiant… :)

  19. 19 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 26 octobre 2009 à 12:55 :

    Bon les gens, c’est bon j’ai compris la blague, arrêtez de vous foutre de ma gueule maintenant. ;)

  20. 20 Benjamin F a dit le 26 octobre 2009 à 13:08 :

    Ton « 10″ me l’a fait écouter ce week-end, mais cette critique me donne vraiment envie d’approfondir. A la première écoute, j’ai presque trouvé ça trop riche et trop ambitieux, lol. Définitivement le genre d’album qu’il faut du temps à ingurgiter. Bon je m’y colle ce soir avec le Limes ;)

    Belle critique très fluide par ailleurs :p

  21. 21 Kitty Freak a dit le 26 octobre 2009 à 13:46 :

    Je n’avais jamais écouté Biolay. Et bien maintenant je sais pourquoi, c’est chiant et pompeux. Une voix sans charisme, des paroles de pseudo intellectuel parisien, une orchestration grandiloquente avec ce final jazz qui se veux enlevé sur le morceau la superbe.
    Bref, je passe mon chemin et retourne écouter de la vraie musique, mais il est vrai qu’en France, on aime le texte et peu la musique, à l’image de notre cinéma verbeux qui a oublié la magie de l’image.

  22. 22 clic06 a dit le 26 octobre 2009 à 15:31 :

    Je dois avouer que je ne suis pas fan de la soit disant nouvelle génération de la chanson française; je me suis mis à écouter le nouvel album de BB par curiosité, après l’éloge qu’on lui a fait à peu près partout. Je dois dire que j’étais très agréablement surpris; il y’a des morceaux que je qualifierais tout simplement de petits bijoux: la superbe, padam, tu es mon amour, brandt rhapsodie, tout ça me tourmente, et d’autres. Je ne m’imaginais pas un jour écouter du BB mais là je n’écoute que ça depuis deux jours! il faut dire qu’il a réalisé avec brio une alchimie entre les textes et les mélodies. Celles-ci sont très bien travaillées d’autant plus que les textes reflètent l’âme d’un homme blessé; blessé par les coups de la vie tout simplement. Franchement bravo.

  23. 23 frenetik a dit le 26 octobre 2009 à 22:22 :

    Grâce à ton site que j’avais vu fin juillet, que le single La Superbe était téléchargeable gratuitement. L’attente fut longue jusqu’au 19 octobre ! Mais elle valait le coup !
    Quel album, qui ne me fera pas néanmoins oublier Trash Yéyé, A l’origine et les autres…

  24. 24 SAMskeyti a dit le 29 octobre 2009 à 07:59 :

    Magnifique Biolay mais il n’est pas le seul artiste à sortir la chanson française de la léthargie car s’il y en a bien un à changer la donne c’est bien Arnaud Fleurent-Didier! Il a marqué 2009 avec son France Culture mais 2010 lui appartiendra avec la sortie de son deuxième album La Reproduction. Moins verbeux que Biolay et des arrangements à tomber par terre! Son LP Portrait Du Jeune Homme En Artiste est un chef d’œuvre!

  25. 25 raoul the dog a dit le 2 novembre 2009 à 10:46 :

    salut jean seb
    un bail que je suis pas passé par ici !
    énorme cet album de benjamin biolay
    pour être taquin : entre bashung/ foreigner /fontaine/murat / yves régnier/alain delon en passant par gainsbourg : quelle aventure.
    c’est ma vision de cyclope sans œillère

    la bise

  26. 26 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 2 novembre 2009 à 11:31 :

    Non mais si toi aussi tu te mets à aimer Biolay, ça va plus. :)

  27. 27 raoul the dog a dit le 2 novembre 2009 à 11:59 :

    Dansd la vie j’ai deux amour benjamin et biolay.
    plus sérieux j’en profite pour te dire que mueros , une formation niçoise passe par la capitale le 14 novembre au Yono.
    si t’as rien d’autre de mieux à écouter ce soir là et que tu veux tester la résistance de tes nouveaux bouchons antibruit devant cette formation rock noisy expé alter très rentre dedans et intimiste à la fois je te conseille de faire un tour pour les écouter….
    aplus
    http://www.myspace.com/muerosmusic

  28. 28 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 2 novembre 2009 à 12:01 :

    Cool, c’est noté !

  29. 29 David Bénard a dit le 2 novembre 2009 à 19:42 :

    Allez hop, j’y vais moi aussi de ma petite chronique critique :
    http://davidbenard.free.fr/ind.....a-superbe/

  30. 30 BENJAMIN BIOLAY – La Superbe [6/10] | Alsalive a dit le 13 novembre 2009 à 18:54 :

    [...] >> A lire également, la critique de JS sur Good Karma [...]

  31. 31 Benjamin Biolay / La superbe | Alsalive a dit le 14 novembre 2009 à 10:37 :

    [...] Lire la suite… [...]

  32. 32 Top des Blogueurs 2009, la sélection des meilleurs albums de l’année | MusiK Please | Musique, podcast et actualité musicale a dit le 16 décembre 2009 à 09:03 :

    [...] Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. (A lire également la chronique de JS) [...]

  33. 33 News > Top des blogueurs 2009 | Soul Kitchen a dit le 16 décembre 2009 à 10:01 :

    [...] Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. (A lire également la chronique de JS) [...]

  34. 34 Top des blogueurs 2009 | La Quenelle Culturelle a dit le 16 décembre 2009 à 10:01 :

    [...] Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. (A lire également la chronique de JS) [...]

  35. 35 TOP DES BLOGUEURS 2009 : La sélection des meilleurs albums de l’année « Au Bout Du Chemin… a dit le 16 décembre 2009 à 10:02 :

    [...] Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. + (A lire également la chronique de JS) [...]

  36. 36 Top des blogueurs 2009 « La Tête à Toto a dit le 16 décembre 2009 à 10:02 :

    [...] Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. (A lire également la chronique de JS) [...]

  37. 37 Top des Blogueurs 2009 « Rigolotes chrOniques futiLes et insoLentes a dit le 16 décembre 2009 à 10:19 :

    [...] Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. (A lire également la chronique de JS). [...]

  38. 38 Top des blogueurs 2009 | Feu à volonté! a dit le 16 décembre 2009 à 18:11 :

    [...] Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. (A lire également la chronique de JS) [...]

  39. 39 Top des Blogueurs 2009 | Le Choix de Mlle Eddie a dit le 16 décembre 2009 à 18:30 :

    [...] Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. (A lire également la chronique de JS) [...]

  40. 40 Son Du Jour > Calendrier de l’avent – J19 – Benjamin Biolay | Soul Kitchen a dit le 19 décembre 2009 à 00:04 :

    [...] meilleurs albums de la scène française sorti cette année (si ce n’est LE meilleur selon JS). Sans conteste. Le duo avec Jeanne Cherhal, Brandt Rhapsodie, est quant à lui digne des grands [...]

  41. 41 Le top album des blogueurs : une selection de qualité mais sans éclectisme | StreetGeneration a dit le 21 décembre 2009 à 21:39 :

    [...] Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. (A lire également la chronique de JS) [...]

  42. 42 Top des blogueurs 2009 a dit le 22 décembre 2009 à 14:47 :

    [...] Le top album des blogueurs : une selection de qualité mais sans éclectisme | StreetGeneration on Benjamin Biolay / La superbeSon Du Jour > Calendrier de l’avent – J19 – Benjamin Biolay | Soul Kitchen on [...]

  43. 43 TOP DES BLOGUEURS 2009 : La sélection des meilleurs albums de l’année « WebGlide - Musique a dit le 24 décembre 2009 à 21:59 :

    [...] Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. + (A lire également la chronique de JS) [...]

  44. 44 Top des blogueurs 2009 « WebGlide - Musique a dit le 24 décembre 2009 à 22:08 :

    [...] Benjamin Biolay – La Superbe Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. (A lire également la chronique de JS) [...]

  45. 45 16.12.09 : Divers, Musique » Top des blogueurs 2009 | Le HibOO a dit le 28 décembre 2009 à 15:03 :

    [...] c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. (A lire également la chronique de JS) Benjamin Biolay : La toxicomanie [...]

  46. 46 Méga banco pour Biolay au Casino a dit le 5 février 2010 à 00:48 :

    [...] acquis, Benjamin Biolay est enfin reconnu à sa juste valeur grâce à La superbe, son dernier double album désormais disque d’or (50 000 exemplaires vendus). Laché par EMI, [...]

  47. 47 Benjamin Biolay feat. Jeanne Cherhal = Jeanne Cherhal feat. Benjamin Biolay ? « Rigolotes chrOniques futiLes et insoLentes a dit le 12 février 2010 à 13:49 :

    [...] Sur le même sujet, ne pas manquer la chronique de La Superbe en bonnes et dues formes par Good Karma [...]

  48. 48 Toujours un coup d'Avance! » Top des blogueurs 2009 a dit le 12 février 2010 à 18:55 :

    [...] Benjamin Biolay – La Superbe Romink : Conquis, comme tombé sous les charmes de La superbe. Un disque d’hiver, enivrant, enveloppant et compact à la fois malgré son format. Pudique et exhibitionniste, parfois dur, parfois tendre, il berce, stresse, repose et interroge. Comme une météorite qui pénètre l’atmosphère, le double album de Benjamin Biolay illumine l’automne et laissera, c’est certain, son empreinte dans la mémoire collective. (A lire également la chronique de JS) [...]

  49. 49 mitsouko a dit le 7 mars 2010 à 08:15 :

    enfin, un artiste comme je les aime..talentueux, tout cela finit par payer.
    bien fait pour les mauvaises langues…..Biolay fait du Biolay , et ne pas comparer sans cesse avec d’autres…..

  50. 50 SEO Marseille a dit le 13 janvier 2011 à 02:47 :

    Benjamin Biolet est un génie que peu de personnes arrivent à comprendre mais quoi qu’il en soit, il ne laisse personne indifférent et c’est un talent qu’il exerce avec beaucoup de discrétion…


Laissez un commentaire