La musique est le seul plaisir sensuel sans vice.

Bad Lieutenant / Never cry another tear

Publié le 3 octobre 2009 | Ecrit par | Catégories : Disques | 8 commentaires »

bad lieutenant never cry another tear

Les cendres de Joy Division sont décidément les plus fertiles qui soient. Bernard Sumner, légataire testamentaire de Ian Curtis, en est la parfaite illustration. Après New Order et Electronic, le voilà revenir dans son uniforme de Bad Lieutenant.

Ce cher Barney représente ni plus ni moins 30 ans de l’histoire de Manchester, ville majeure sur la carte musicale anglaise. Du post-punk version Factory Records à l’acid-house de l’Hacienda, il aura traversé de nombreux courants sans jamais s’y noyer. La courte odyssée Joy Division aurait suffi à le faire entrer dans la légende, mais c’est la bien plus longue route parcourue avec New Order qui le fera finalement sortir de l’ombre du maudit Curtis. Même en vacances de ce second groupe mythique, il n’hésite pas à s’acoquiner avec Jonnhy Marr des Smiths pour fonder Electronic, autre formation incontournable. Après une nouvelle séparation relativement pathétique et inattendue de New Order, Sumner a décidé à 53 ans de se lancer à nouveau dans la bataille avec Bad Lieutenant.

Ce quatrième épisode nait, comme souvent en Angleterre, d’une jam-session alcoolisée. De retour d’une fête chez le voisin d’Alex James, bassiste de Blur, voilà que les deux compères commencent à improviser à quatre heures du matin. Sumner à la guitare, Alex James à la flute traversière (sic) et un troisième pote, agent de piste de l’aéroport de Manchester, à la batterie. De cette union éthylique restera l’engagement de faire un album ensemble. Rejoint par Jake Evans (Rambo & Leroy), Phil Cunningham et Stephen Morris (tous deux de New Order), le duo professionnel devient une formation à géométrie variable. Tant pis pour Stuart Price avec qui Sumner enregistrait un disque, leur projet attendra.

Malgré ces influences multiples, il subsiste toujours un esprit particulier donné par la voix de Barney. Même chantés en duo avec le timbre plus grave de Jake Evans, les titres gardent cette évanescence teintée de gravité sous-jacente. Quelques intonations rappellent même leurs concitoyens de Doves. Peu de synthétiseurs dans cette nouvelle formation, ce sont les guitares qui sont mises en avant. Une manière de combler le manque de Peter Hook, bassiste métronomique de New Order, dont le fantôme plane au-dessus de ce disque. Une nouvelle fois Sumner réussit à produire une belle collection de pop songs qui ne manquera pas de marquer l’inconscient collectif.

Si Bad Lieutenant n’atteint pas les sommets tutoyés par New Order, il prouve que la créativité et le renouvellement ne sont pas une question d’âge. Plus en verve que jamais, entouré de jeunes, Bernard Sumner se pose désormais comme la figure tutélaire de Manchester, ville la plus inspirée d’Angleterre.


8 commentaires pour “Bad Lieutenant / Never cry another tear”

  1. 1 Twitted by JSZanchi a dit le 3 octobre 2009 à 13:16 :

    [...] This post was Twitted by JSZanchi [...]

  2. 2 Valoche a dit le 4 octobre 2009 à 11:40 :

    J’aime beaucoup le titre « Sink or Swim » (beaucoup moins la video). Pas hyper original non plus mais on peut pas tout avoir.

  3. 3 Twitted by onskasig a dit le 5 octobre 2009 à 11:13 :

    [...] This post was Twitted by onskasig [...]

  4. 4 Jeremie a dit le 14 octobre 2009 à 12:14 :

    Grosse déception pour cet album formaté, aux impressions de déjà entendu… en mauvais. Bernard, reprends-toi ! ;-) (Mon avis plus détaillé sur http://bit.ly/H2Y3W)

  5. 5 ZiKomAgnes a dit le 9 novembre 2009 à 14:26 :

    Ah parce que t’as trouvé ça inspiré?!!

  6. 6 Jean-Sébastien Zanchi a dit le 9 novembre 2009 à 14:40 :

    Le concert non, pas du tout.

  7. 7 ZiKomAgnes a dit le 9 novembre 2009 à 14:48 :

    L’album m’a paru formaté, comme le dit si bien Jérémie. Le concert a renforcé l’impression qu’ils avaient des dettes à combler dues à la fermeture de l’Haçienda…
    Bad Lieutenant n’est pour moi qu’un pretexte pour rejouer du New Order sans Peter Hook.

  8. 8 Bad Lieutenant / Never cry another tear | Alsalive a dit le 13 novembre 2009 à 20:38 :

    [...] Lire la suite… [...]


Laissez un commentaire